L’INTERDIT

Tu me chéris derrière les portes closes; tes lèvres murmurent mon prénom. Je tremble, car demain peut-être, elles me renieront.

En t’aimant, j’ai fait de l’ombre mon destin.

Tu me rejoins dans l’invisible, dans l’indicible et l’inavouable.

Notre désir s’alimente de silences, d’absences, d’espoirs et d’attentes.

Je nous rêve en pleine lumière, je nous rêve dans l’ordinaire.

Notre amour se tait, notre passion se bâillonne… anonymes à la réalité.

Nous faisons notre temps dans ce refuge-oasis où nous comptons les jours d’une promesse de libération illusoire.

Le manque de nous, nous embrase et nous consume à la fois.

Tu me choisis, tu m’abandonnes. Tu m’encenses et me condamnes.

Je suis ton éden et ton enfer, ta muse et ta décadence.

Tu es ma raison de vivre et ma détresse, tu es mon tout, mon repère et mon égarement.

Illégitime extase, vitale et viscérale pulsion, notre amour erre dans notre monde parallèle où nos deux âmes, malgré les interdits, la morale et les chaines, envers et contre tous, se sont enfin retrouvées.

Tu es à moi.

Je suis à toi.

Implacable et éternelle vérité qui ne peut ni vivre, ni mourir.

-Annie Des Groseilliers

 Poésie Charnelle et Autres Émois

Primeur

Récents articles